Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lilas Qui ?

  • : Lilas Kwine
  • Lilas Kwine
  • : Un blog pour souffler à contretemps qui passe, rire un bon coup et en reprendre un verre, évacuer les larmes pour les éco-recycler, tout ça dans des histoires parce beaucoup de mots pour pas dire grand chose c'est toujours mieux que rien.
  • Contact

Lilas Quoi?

  • Lilas Kwine
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout

Anthologie-po-sie-gehess-edition.jpg

Lilas Où?

Faites tourner Folks

Share |

Un rire de gourde, ça désaltère et c'est déjà bien.

6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 08:07
                                                        



En bas d'un vieux pont centenaire
aux arches grises et blessées
Céleste touche le fond

Lui, voulait toucher l'autre rive,
y attendre l'hiver, enivrer les rêves
sous papiers glacés, sous papiers d'argent

Sous son arc en cercle, à l'aurore bleutée,
contre pierres noires et givrées
Céleste s'éveille en baillant

Son souffle éclaire, notes cristallines
les tessons acajous, les buissons d'aubépine, 
bordant le maigre îlot de terre battue aux vents

Avec quelques flasques vides en guise de phares
pour seuls guides, il relie l'étang comme
son temps s'écoule au loin

Céleste sous la voûte
contemple les chemins, une vie de verre brisé
par les vapeurs d'éther, psalmodie qu'il y a mieux à faire

Rejoindre la rive en face, remonter à contre courant
du coeur qui s'efface si seulement il avait
le courage fou, la belle audace!

Il se dit qu'il y a fort à faire
pour oublier ici bas, ou juste faire face, 
tenir tête haute aux souvenirs, aux impasses...

...A l'alcool qui dévaste, brûle, torréfie ses veines, 
peinant à effacer la révolte qui fâche,
comme la résistance blesse...

Notre homme ôte ses mitaines
son chapeau de tulle, ses frusques usées
titubant, il se relève, prend quatre pas d'élan

De l'autre rive, des témoins voient la silhouette
s'envoler dans le frisson de lumière
d'une chrysalide à peine éclose

Non loin de l'autre berge,
en bas d'un vieux pont centenaire 
aux arches tristes et affligées, Céleste touche le fond, 

Lui qui voulait simplement atteindre la rive d'en face,
sa terre promise, n'a rencontré que la dérive 
d'un tourbillon béant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilas Kwine - dans Presque poésie
commenter cet article

commentaires

Lulu 08/11/2009 12:28


c'est beau


Lilas Kwine 08/11/2009 12:56


Merci