Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lilas Qui ?

  • : Lilas Kwine
  • Lilas Kwine
  • : Un blog pour souffler à contretemps qui passe, rire un bon coup et en reprendre un verre, évacuer les larmes pour les éco-recycler, tout ça dans des histoires parce beaucoup de mots pour pas dire grand chose c'est toujours mieux que rien.
  • Contact

Lilas Quoi?

  • Lilas Kwine
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout

Anthologie-po-sie-gehess-edition.jpg

Lilas Où?

Faites tourner Folks

Share |

Un rire de gourde, ça désaltère et c'est déjà bien.

15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 23:57

 

 

dec-2.jpg


et si la clope se consume

dans la morsure du froid

elle n'a que ça à foutre 

au milieu de décembre

à souffler sur la cendre

il ne reste que toi 

que je persiste à attendre 

dans le désordre plat

au milieu de décembre

nul doute c'est ici

que plane la folie

qui sur la route,

sombre, lente,

au milieu de décembre

 

dis-moi pour quoi

pourquoi tenir debout

dis-moi, qu'y faire 

comment rester

fiable et droit

thorax planté

raide en travers, 

sol mouvant, 

coeur à plat, 

tu n'as jamais su...

 

- relève les yeux -

 

un biclou punk

clouté d'argent

au vert de gris antlérite

vertigo file à l'étincelle

une fille blonde déambule

ses jambes laxes baladeuses 

son menton flanche à peine

t'adresse des mots étranges

une fille récite des mots 

que tu ne comprends pas,

insaisissables et rondes

sonnent quelques consonnes 

détournées du vent 

au milieu de décembre

elles roulent dans l'hiver 

elles couchent sur ta joue

le parfum d'un autre âge

Il y a traînants non loin

cinquante visages amis

- tant qu'ils ne sont pas ennemis

ils demeurent amis n'est-ce-pas -

dans le doute ne te soustrais pas

au hasard bienveillant

et si les mots sont chics ce soir

le frôlement des "r" 

s'enfuit déjà loin

la fille aux cheveux blonds

pédale vers demain

alors debout tu chantes, 

au milieu de décembre

chanter,  c'est ce qui reste

quand on ne sait plus parler

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lilas Kwine - dans Presque poésie
commenter cet article

commentaires

fragon 06/01/2011 18:50


Poésie du XX° siècle, comme ceux du début s'entend.


Thierry Benquey 18/12/2010 18:19


Un beau texte, un peu théatral, ce n'est pas une critique. J'ai encore appris un mot, je m'enrichis ici : antlerite.

Amitié
Thierry


Lilas Kwine 19/12/2010 10:10



merci Thierry ( sur ce je vais boire un verre d'antésite ) 


 


 



babel 17/12/2010 16:04


Ben oui, et je je fais le Lapin Blanc qui est en retard, est en retard, terriblement en retard


le babel 17/12/2010 10:35


Mais te voilà, et "bien" là ! J'avais raté ça !


Lilas Kwine 17/12/2010 14:50



ça fait un moment même :-)



hervé pizon 16/12/2010 09:27


je vois cette rubrique que tu intitules "presque poésie"


Lilas Kwine 16/12/2010 09:39



d'un bon oeil faut espérer ;-)