Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lilas Qui ?

  • : Lilas Kwine
  • Lilas Kwine
  • : Un blog pour souffler à contretemps qui passe, rire un bon coup et en reprendre un verre, évacuer les larmes pour les éco-recycler, tout ça dans des histoires parce beaucoup de mots pour pas dire grand chose c'est toujours mieux que rien.
  • Contact

Lilas Quoi?

  • Lilas Kwine
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout

Anthologie-po-sie-gehess-edition.jpg

Lilas Où?

Faites tourner Folks

Share |

Un rire de gourde, ça désaltère et c'est déjà bien.

21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 12:12


Monde tu passes, las
Fatigué, le temps court
Dérangé par la vie qui va...
Petit bâtard, l'espoir se casse
les souffles se brisent
la mort efface à coups de machette
la trace du cœur qui bat

Je m'assoie au loin
et j'observe la vague qui conspire dans le soleil
m'arracher cet élan sans lendemain
sur les empreintes profondes va et vient indécent
vidé leur sang dans le sablier
les derniers pas de ce carcan

Je suis calme comme la masse reflue
à l'est :
- des amitiés qui croissent
à l'ouest :
- des amours déchuent
Et au nord ?
- toujours la haine
- toujours la haine...
Putain de Haine

Et je me prends à rêver encore un peu
une dernière fois,
comme pour rire
de ce songe qui charriait l'espoir en moi

Là-bas....

...Je suis l'ancienne recrue du vent,
et l'iode avale mes sens,
et le sel esquisse mes sourires déments
et mes rires perçants se confondent
avec ceux des Fous de bassans
Je suis le pirate qui établit ses pénates
sur l'île de Bonaventure!
Ici la folie n'a pas lieu d'être de comptoir
je lève bien haut son verre à ma mémoire...

...Mais l'ultime songe s'éteint
comme l'obscurité avance
et me sature, de son air acétone
refuse obstinément que je m'étonne
s'assure que je ne puisse l'ignorer plus longtemps...

J'étais un homme et j'étais fier
J'étais un homme simple et heureux
J'étais un homme et je vois mon prochain
semer les restes de mon humanité
sur les champs dévastés de ces absurdes querelles

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilas Kwine - dans Presque poésie
commenter cet article

commentaires