Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lilas Qui ?

  • : Lilas Kwine
  • Lilas Kwine
  • : Un blog pour souffler à contretemps qui passe, rire un bon coup et en reprendre un verre, évacuer les larmes pour les éco-recycler, tout ça dans des histoires parce beaucoup de mots pour pas dire grand chose c'est toujours mieux que rien.
  • Contact

Lilas Quoi?

  • Lilas Kwine
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout
  • Lilas Kwine aime les mots. Alors elle en fait des histoires pour surfers de l'imaginaire, voltigeurs de ciels d'orages, voleurs de siestes, palmiers de campagnes, poissons panés de la dernière pluie, clowns tachycardes. Et puis qui veut après tout

Anthologie-po-sie-gehess-edition.jpg

Lilas Où?

Faites tourner Folks

Share |

Un rire de gourde, ça désaltère et c'est déjà bien.

3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 10:40




aux boules de Noel 
succède l'heure du bilan
et son heure qui revient, 
vertige du temps qui passe,
inexorablement
- quoi de neuf à l'horizon
d'un bilan pile ou flasque -
si ce n'est, 2013, un abime si grand, 
qu'il flanque la nausée
en plus d'allonger 
ce long flou autistique
à ma vue embrouillée 
de brouillard sidérant 

s'adresse t'on à soi, 
s'adresse t'on à d'autres, 
en cela un peu de tout, 
de tout un peu surtout, 
cette saison déjà morte
ne manque ni de piétinements, 
de crampes à l'antre deux 
ni de siestes oublieuses
d'un coeur à mi-chemin
quelques éclats de sourires
quelques fracas de voix
il faut rester honnête
cette année c'est moins de mots, 
moins de rimes
moins de brillant, 
quelques élans bridés, 
des abris de fortune, 
des nuées de questions 
dénuées de réponses, 
des esquisses en dormance, 
- dansent-elles hors de portée ? -
l'émeute après le tourment
la révolte silencieuse 
jamais achevée 
- vraiment -

et tous mes index pointent 
à l'illusion des quoi
il serait vain d'y voir
un avenir placide
un présent décidé
car hier n'est pas soldé
acquitté tout à fait
à l'envie de marcher
s'opposent quelques regards
rivés loin à la traîne 
des espoirs récurrents
des désirs malaisés
des endeuillés flinguant
qui s'écharpent en duels
peinent à s'égratigner 
quand au nombril de tout, 
je m'étale, je m'étends
laborieusement je rampe et je sens
que je fane, 
au crepuscule sans fin
d'un printemps permanent

c'est cela la nausée, 
la nausée de Noel.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilas Kwine - dans Presque poésie
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 03/01/2014 10:55

te lire m'est toujours te distinguer